Manifeste

pour un sursaut entrepreneurial

Ça y est ! Il n’aura fallu qu’un an pour que la déception regagne la majorité des électeurs Français. Notre Président de la République ne serait pas à la hauteur de nos attentes. Le problème, c’est que ça n’est pas la première fois. Cela devient même une constante. Est-ce l’homme, ou alors son action qui serait responsable de ce désamour soudain ? Probablement pas… La vraie coupable est plutôt notre capacité à trop attendre de la part d’hommes politiques qu’on espère encore providentiels.

Or, malgré leurs postures, ces derniers ne le sont pas. Ils ne disposent pas, par exemple, de tous les leviers pour régler le principal mal de notre société : le chômage de masse dans lequel la France est engluée depuis bientôt 40 ans.

« En France, nous manquons d’Entreprises de Taille Intermédiaire »

Nous sommes l’un des derniers pays qui s’acharne à croire que l’emploi se décrète et que changer un texte de loi suffit à en créer. Il est vrai qu’il est plutôt confortable de considérer que tout se fait là-haut, sans que nous puissions rien changer. Mais la réalité est bien plus proche de nous : pour moins de chômage, il faut d’une part créer plus d’entreprises, et d’autre part les faire grandir, afin qu’elles soient plus pérennes, moins fragiles. Toutes les études sérieuses en attestent, nous manquons d’Entreprises de Taille Intermédiaire, ces fameuses ETI qui font le succès de l’économie allemande.

La création et l’accélération d’entreprises doit donc devenir l’affaire de tous. Et particulièrement de ceux qui ont eu la chance de réussir leur vie professionnelle et qui ont pu bénéficier d’une formation solide. Alors certes, tout investissement comporte un risque, mais il porte également une chance de retour sur investissement. Et si on veut éviter que le pays bascule dans l’extrémisme d’un bord ou de l’autre, il faut bien s’exposer un peu. On ne peut changer les choses, si on ne change pas ses propres habitudes.

Vous ne vous sentez pas l’âme d’un créateur ou d’un repreneur ? Nul besoin de prendre tous les risques. Il suffit d’injecter un peu de votre épargne qui dort à 0,25%, de vendre quelques actions des sociétés CAC 40 qui ne savent même pas qui vous êtes, et d’investir chez de petits entrepreneurs que vous pouvez aider à devenir grands.

Le sujet principal est de trouver les projets et les entrepreneurs qui cherchent de l’aide et des financements, de les assister pour qu’ils réussissent et de mettre en place un véhicule financier qui garantisse un minimum de liquidités aux investisseurs. C’est l’objectif de notre démarche : organiser la rencontre entre créateurs de valeurs (investisseurs et entrepreneurs) et accélérer la croissance des entreprises ainsi créées.

Pour cela, le French Touch Fund s’appuie sur un écosystème et des méthodes qui ont fait leurs preuves auprès de start-up et d’entreprises plus traditionnelles. Il propose à des professionnels expérimentés, des investisseurs avertis, de miser du temps et de l’argent dans le développement de jeunes entreprises.

« Les PME, c’est la vie ! »

Nous focaliserons notre attention sur les PME des secteurs traditionnels. Elles sont l’un des potentiels de croissance les plus forts de l’économie française, mais ne disposent pas encore d’un environnement aussi bienveillant que celui qui a été structuré pour les startup. Même si les pouvoirs publics et la BPI ont récemment pris ce sujet à bras le corps, tout reste à faire.

Outre une utilité sociétale indéniable, notre démarche est avant tout motivée par l’attente d’un retour sur investissement.

Et cela tombe bien, les perspectives sont très prometteuses en la matière : les modèles économiques des PME ont démontré leur résilience sur le long terme ainsi que leur capacité
d’adaptation. Ils rassurent les banques qui hésitent beaucoup moins à les financer qu’à risquer leur mise avec les start-up. Et nous, Français, avons tant à dire à l’export sur nos secteurs économiques de prédilection : luxe, gastronomie, tourisme, mode, communication, créativité en générale… Tout ce qui fait que le monde nous reconnaît une « French Touch ».

Voilà pourquoi nous avons décidé de miser sur ces entreprises et de les aider à atteindre la taille qui permettra aux fonds déjà existants de prendre le relai. Ce pari, s’il est gagné, nous nous assurera une sortie profitable.

L’objectif de ce document est de présenter le détail de notre démarche et la structuration de
son véhicule financier.

Investir avec nous